Quelques arguments en faveur du Principe de Raison Suffisante

dominos

Le Principe de Raison Suffisante affirme que « tout ce qui existe a une raison qui explique son existence et sa manière d’être ». C’est, d’après Leibniz, un principe fondamental de la raison, avec le principe d’identité. Leibniz s’appuie sur ce principe pour démontrer l’existence de Dieu à partir de la contingence de l’univers (et donc de son insuffisance auto-explicative). C’est ce que l’on appelle l’argument « par la contingence du monde ».

Voici un bref résumé des principaux arguments en faveur du PRS :

1. Un argument empiriste

Si le principe de raison suffisante est faux, alors n’importe quelle réalité peut advenir ou disparaître sans raison. Un tel monde serait alors imprévisible, puisque le passé ne déterminerait plus le présent. Il serait également inconnaissable, car les choses ne détermineraient non plus les perceptions que nous avons d’elles. Toute tentative d’explication probabiliste ou d’argumentation philosophique serait réduite à néant, car l’absence d’explication deviendrait une possibilité légitime. De même, toute tentative de justifier la non-réalité d’un contrefactuel serait vaine, parce qu’elle se justifie à partir de l’absence de causes pouvant l’actualiser. Pourtant, l’expérience semble enseigner que la réalité est plutôt connaissable, explicable, ordonnée et stable.

2. Un argument thomiste

La différence entre un être nécessaire et un être contingent, c’est que l’essence du premier contient son existence, tandis que le second ne la contient pas. Par conséquent, un être contingent doit recevoir son existence d’une cause. Un être contingent est fondamentalement dépendant ou conditionné. Si un être contingent venait à l’existence sans cause, alors cela signifierait qu’il tient son existence de lui-même, ce qui est absurde. Cela reviendrait à affirmer la nécessité d’un être contingent, ce qui est contradictoire.

3. Un argument wolffien

Si un être contingent peut exister ou être d’une certaine manière qui ne soit pas ultimement explicable, alors cela signifie que « rien » est l’explication. Or « rien » ne peut pas être une explication. Dit autrement, cela revient à attribuer une puissance causale au néant, alors que le néant ne peut avoir, par définition, la moindre capacité.

4. Un argument de Gale-Pruss

Un être contingent peut avoir une cause. Or s’il a une cause, celle-ci lui est nécessaire. Or selon le système logique S5, si un fait nécessaire est possible, alors il est réel. Par conséquent, si un être contingent peut avoir une cause, alors il en a nécessairement une.

Bibliographie:

  • PRUSS A., The Principle of Sufficient Reason: A Reassessment (Cambridge University Press, 2006).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *